Découvrez l’histoire des pubs anglais

Table des matières

L’histoire des pubs anglais remonte à plus de deux mille ans. À cette époque, les charmantes salles n’étaient encore que des Tabernas, où les buveurs venaient s’enivrer. Au début du siècle dernier, le fauteuil Club anglais y fait son apparition et les Gentlemen’s savourent un vieux Malt écossais accompagné d’un bon cigare cubain autour d’une conversation sur l’actualité. Alors partons sur les traces de ces lieux typiques où se mêlent les senteurs de bière, de vieux cuir et de bons cigares !

L’histoire des pubs britanniques

43 ans avant Jésus-Christ, Britannia (ancien nom de la Grande-Bretagne) abrite déjà les ancêtres des luxueux clubs anglais. Disséminés partout sur le territoire anglais, ils sont légion dans la Bretagne romaine.

En 866 après Jésus-Christ, les Danois entrent en Grande-Bretagne et amènent avec eux une boisson à base d’orge. Celle-ci est appelée « Öl ». Les tabernas de l’époque deviennent alors des « Ales » ou « Ales Houses ». Cette appellation s’inspire de la boisson ramenée par les Vikings.

Verres de bières blondes et ambrées poses sur un bar de pub ©Meritt Tomas
Différentes sortes de bières ©Meritt Tomas

Le Moyen-âge, berceau des « Pubs » anglais

Au Moyen-âge, la bonne bière devient une véritable institution à travers les pays anglo-saxons. Les monastères et les collèges se mettent au brassage, et produisent le fameux breuvage viking. Aussi, parmi les plus grands buveurs, on retrouve le mythique Merlin l’enchanteur qui, selon la légende, possédait un pichet qui ne pouvait s’assécher.

En effet, dans les Ales Houses traditionnelles, c’est la femme de la maison qui fabrique la bière. De même, dans les restaurants britanniques, les meilleures préparatrices sont appelées « Ale-Wife » ou « épouse de la Bière ». La qualité de la boisson est l’un des critères qui déterminent la popularité d’une Ale.

Avec le nombre grandissant de clients, ces établissements traditionnels délaissent finalement le nom Ales Houses, pour devenir des Publics Houses.

Une loi qui promeut les brasseries

Dès 1393, le Roi Richard II promulgue une loi. Désormais, il sera obligatoire d’annoncer la disponibilité d’un nouveau Brassin à la porte d’entrée des établissements servant de la bière. C’est le début des enseignes « les joyaux des rues » que l’on retrouve encore sur les façades des établissements actuels. Généralement, le patron évite de mettre le nom « pub » sur son enseigne. Il préfère des appellations plus nobles inspirées d’animaux ou de la royauté.

Intérieur typique d'un pub anglais avec drapeau britannique, bar et étagères en bois garnies de bouteilles d'alcools.
Intérieur typique d’un pub anglais ©Stephanie Klepacki

Les brasseries à partir du XIXe siècle

Au XIXe siècle, l’industrie anglaise est en plein essor. Les brasseries du pays se modernisent. Malgré les différentes inventions du XXe siècle comme la télévision, les pubs traditionnels conservent leur clientèle grâce à la qualité de leur bière. Dans les années 70, ce breuvage change et les fûts sous pression font leur apparition. Ces changements créent néanmoins de nombreux détracteurs, comme certains journalistes de Manchester qui estiment qu’il est important de défendre le système séculaire de la pompe manuelle dans les bars anglais.


Partager cet article
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Panier
retour header