Voici les designers du XXe siècle qui ont rajeuni le fauteuil club

La révolution incroyable du style du « mobilier confortable »

Lors sa démocratisation, qui s’étend sur tout le XXe siècle, le mobilier confortable incarné par le fauteuil club a subi de nombreuses modifications esthétiques. Les décorateurs Art Déco ont créé une première révolution avec le lancement de modèles conjuguant style et confort haut de gamme. Cette volonté de proposer un siège à l’élégance fonctionnelle très soignée va rapidement s’amplifier. Notamment sous l’influence de designers comme Le Corbusier.

photo : le DS57 by Franz Romero

Comment l’Art Déco a totalement transformé le fauteuil club

La première rupture dans l’esthétique du fauteuil club s’effectue sous l’influence de l’Art Déco. Dès les années 1920, Jacques-Henri Ruhlmann opte pour un revêtement entièrement en cuir et des formes épurées légèrement arrondies. Cela permet d’améliorer le confort global du siège. Cette recherche de lignes fluides simples se poursuit au cours des 2 décennies suivantes. Elle continue de s’accompagner d’innovations majeures. Comme par exemple l’élargissement du dossier ainsi que des accoudoirs pleins afin d’offrir un meilleur maintien à l’utilisateur. Les modèles réalisés par Paul Dupré-Lafont, Jean-Michel Franck et Jacques Adnet en représentent les exemples les plus aboutis avec leurs formes nettes terminées par des coussins moelleux très épais.

Les innovations ultimes des designers fonctionnels

La tendance à un design plus fonctionnel du mobilier « confortable » devient incontournable à partir de 1928 avec la réalisation du fauteuil LC2 par Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand. Le siège est nettement inspiré du style « rationaliste »  associé au mouvement du Bauhaus. Il se distingue par la stricte séparation de son châssis et de son coussinage. Tandis que les matières employées en font une pièce à la pointe de la modernité industrielle. A l’époque ce sont par exemple l’acier chromé, mousse de polyuréthane expansé…
Dans les années 1970 et 1980, Franz Romero associe à ce minimalisme des formes empruntées à l’aérodynamisme. Ses créations les plus célèbres (De Sede DS 57, « Bugatti »…) mêlent confort luxueux et évocation de la voiture de sport (voire de l’avion).

La source d’inspiration méconnue du style contemporain

L’héritage esthétique du fauteuil club se retrouve dans de nombreuses pièces de mobilier contemporain. En effet, les Américains Charles et Ray Eames s’en sont largement inspirés en 1956 pour créer leur « Lounge Chair », un siège destiné à la détente qui figure parmi les meubles de créateur les plus vendus au monde.