Le modèle moustache, l’élégance ultime du fauteuil club

Un incontournable du mobilier de salon dans sa déclinaison « accolade »

Avec l’apparition du modèle « moustache » au cours des années 1920, le fauteuil club ajoute l’élégance des formes épurées au confort d’assise et aux dimensions généreuses. En effet, ce modèle se distingue par son haut de dossier en accolade et son esthétisme très travaillé. Cela constitue une pièce de mobilier incontournable pour mettre en valeur votre salon.

Découvrez comment le moustache allie élégance et confort

Conçu pendant l’entre-deux-guerres, le fauteuil club dit « moustache » présente des lignes très sobres inspirées de l’Art Déco. En effet, son élégance fonctionnelle s’accompagne d’une nette amélioration du confort.

La profondeur et la fermeté de l’assise s’associent désormais à un excellent maintien du haut du corps. Notamment grâce à la présence d’accoudoirs en forme de P et d’un large dossier carré.

Surnommée affectueusement la « moustache de Clémenceau », l’accolade que dessine la partie supérieure du siège constitue une autre innovation majeure. Son creux offre une zone de repos naturelle pour la tête pendant la lecture.

Le fauteuil club modèle moustache : secret d’une décoration vintage réussie

L’excellent compromis entre confort et esthétisme proposé par ce type de fauteuil club explique qu’il figure parmi les modèles les plus recherchés.

Les coloris généralement chauds associés à son revêtement en cuir de mouton naturel permettent d’éclairer subtilement la décoration de votre séjour ou de votre salon. En parallèle, ses formes légèrement rétro, souvent empruntées à des pièces de Ruhlmann ou de Dupré-Lafont, participent à la création d’une ambiance vintage au luxe discret. Elles s’associent sans difficulté à une table basse (idéalement en zinc ou en verre). Mais aussi à la très grande majorité des canapés (même en tissu).

Les coloris méconnus d’un mobilier tout-confort

Le cuir du fauteuil modèle « moustache » peut se décliner en plusieurs centaines de coloris. Cela varie en fonction du choix de la teinte et du nombre de couches appliquées lors du patinage. Aux « havane », « cognac » et « miel » s’ajoutent des références plus modernes comme le « chocolat » (noir foncé), le « gold » (ocre léger) ou le blanc.