Quelles sont les influences culturelles dans les années folles ?

La révolution artistique de l’après Première guerre mondiale

Les Années folles sont une période révolutionnaire et marquante de l’histoire de France, principalement dans le milieu culturel. La fête bat son plein dans la capitale à la fin de la Première Guerre mondiale. L’art du divertissement s’accentue. Divers domaines vivent une influence artistique : de l’électroménager à l’industrie, en passant par la culture, le sport, l’art, la technologie, le mobilier et la décoration et essentiellement la musique.

photo : Joséphine Baker

Une effervescence culturelle Folle dans la capitale française

À Paris, en 1920, au début des Années folles, l’ascension économique de l’industrie laisse libre cours à l’amusement. Ce succès perpétré par les investissements étrangers développe la créativité des artistes. Tout comme les multiples exubérances vestimentaires de l’élite fortunée.
Tout cela se passe dans la capitale, principalement à Montparnasse et Montmartre où artistes et intellectuels rivalisent de créativité pour divertir un public de première classe. C’est ainsi l’arrivée de la grande Mistinguett. Les cafés la Rotonde, le Dôme et la Coupole sont les plus fréquentés. Ils réunissant principalement des photographes, des peintres et des sculpteurs autour de modèles aux tenues légères. Cela inspire également un groupe d’écrivains cosmopolites comme Henri Miller et Ernest Hemingway.
La capitale plonge dans une ère festive, marquée par la joie de vivre ainsi que le luxe. Mais également par l’extravagance, l’émergence de Coco Chanel, ou encore l’introduction du Jazz et du Charleston.

Quelles sont les influences artistiques et Art Déco ?

Le bouillonnement des quartiers parisiens des Années folles n’est pas un secret, avec les progrès majeurs de la presse, la radio et du cinéma. L’ère de l’Art nouveau est révolue, laissant place à l’Art déco plus fidèle à la symétrie, au classique et à la sobriété dans l’architecture, l’orfèvrerie, les peintures et sculptures ornementales, les vitraux, les tapisseries, la céramique…
Les écrivains, peintres, sculpteurs et cinéastes sont plutôt orientés vers le surréalisme et l’avant-gardisme. « Le chien Andalou » de Luis Buñuel, les poésies de Louis Aragon et d’André Breton, les sculptures de Germaine Richier ou encore les tableaux et sculptures de Salvador Dalí et Max Ernst.

Les influences musicales de l’après Première Guerre Mondiale

Le Jazz fait son apparition à Paris où la culture étrangère, dont la musique, provient majoritairement de l’armée américaine. L’événement le plus marquant est le spectacle musical « la Revue nègre » en 1925 sur les Champs Elysées, avec Florence Mills et surtout Joséphine Baker.
Joséphine Baker devient une figure emblématique de la belle époque, dansant le Charleston légèrement vêtue et seins à l’air. La musique noire et le jazz animent alors les cafés, cabarets et spectacles parisiens, qui ignorent la nudité pour vénérer les formes afro-américaines et amérindiennes de la danseuse.
Les Années Folles sont brusquement interrompues par le crash boursier de 1929 à New York. Mais aussi par l’ascension d’Hitler au pouvoir, puis la Deuxième Guerre mondiale. L’Art Déco résiste à la Grande Dépression. En hommage aux cercles des grands hommes d’antan (gentlemen), qui appréciaient le raffinement, le fauteuil club, les grands tapis…