Le fauteuil club de 1900 à nos jours, secrets d’une longévité

Comment créer un meuble aussi beau que confortable ? Le challenge des designers

Le fauteuil club est né de la rencontre en la bergère française et les gentlemen’s club anglais. Il se caractérise notamment par son aspect confortable, large et profond. Il est initialement fabriqué en bois et en cuir, des matériaux nobles qui lui garantissent une extraordinaire longévité.
Au début du 20e siècle, les longues soirées dans les clubs laissent apparaître une demande pour un meuble faisant primer le confort sur l’esthétique. De nombreux designers s’essaieront au challenge, en essayant dans la mesure du possible de concilier les deux.

Sa longévité exceptionnelle repose sur une innovation technique. Découvrez laquelle.

L’histoire des fauteuils club commence par celle d’une innovation technique : celle d’un nouveau type de suspension et de garnissage.
Au lieu d’une traditionnelle planche en bois ou d’une structure en osier, on voit apparaitre d’énormes fauteuils dont l’assise repose sur un guindage suspendu composé de ressorts, recouvert d’un rembourrage en crin. Cette nouvelle technique offre un confort sans précédent. Recouverts d’un cuir patiné à la main, ces nouveaux fauteuils laissent apparaître la beauté naturelle des matériaux.  Sans pour autant chercher à en cacher les spécificités.
À partir du milieu du siècle, les cuirs sont fréquemment remplacés par des matières synthétiques. Les ressorts quant à eux laissent place à un rembourrage en mousse. Mais, quels que soient les évolutions industrielles et les matériaux utilisés pour la fabrication du fauteuil, ils sont toujours choisis pour leur confort et leur pérennité !

Découvrez l’histoire du fauteuil club au travers du 20e siècle !

Simple et plutôt droit aux origines, le fauteuil club va connaître de multiples évolutions et variations dans son design. Très vite, les modèles ronds s’imposent comme « références » de la gamme. Ils  restent à l’heure actuelle la première image qui vient en tête lorsqu’on parle de fauteuils club. En parallèle, les années folles verront apparaître les modèles cubiques inspirés du mouvement Bauhaus, ainsi que les modèles canoës typiques de l’art déco, immédiatement reconnaissables à leur silhouette en obus.
Dans les années 40 émergent les premiers modèles cloutés ainsi que les dossiers en accolade. Leur forme caractéristique de « moustache » est fréquemment complétée par des accoudoirs « marteau » (autrement appelés « accoudoirs en P »).
Les années 50, suite aux pénuries de la guerre, s’ancrent dans une esthétique classique aux formes rondes ou carrées, où la sobriété est associée à un luxe bourgeois. On encense alors la discrétion et la fiabilité, jusque dans les bars et bureaux américains.
Dans les années 60, c’en est fini du rationnement : on entre dans l’ère du pop ! Les premiers matériaux synthétiques apparaissent, les formes et les couleurs se diversifient.

 Savez-vous quel meuble était défini comme « confortable » en 1900 ?

Les nouveaux fauteuils larges apparus sur le marché au début du 20e siècle ont longtemps été définis par leur caractéristique technique principale : le confort. Ils sont alors appelés « fauteuils confortables ». Ce n’est que peu avant la Seconde Guerre mondiale qu’ils prendront leur nom de « fauteuils-clubs », terme introduit par les antiquaires et les marchands de mobilier !