Quels sont les grands créateurs d’art de la Belle Epoque ?

Les années folles, berceau de l’Art Nouveau

La Belle Epoque Jos fût un berceau d’insouciance, de progrès et de paix.
La société parisienne vit émerger différents artistes à la naissance de l’Art nouveau. Notamment dans le mobilier, un mouvement de créateurs d’art touchant principalement Paris, Barcelone, Vienne, Glasgow et Bruxelles.
L’École de Nancy et la Maison de l’Art nouveau de Samuel Bing sont les pionniers en France dans cette période des années Folles.

L’explosion du monde de l’Art à la Belle Epoque

La Belle Époque est une des périodes pendant lesquelles l’art se développe à grande vitesse. Essentiellement, les artisans et artistes rivalisent d’idées pour satisfaire une population bourgeoise. Celle-ci apprécie le luxe de  la décoration et des meubles à la façon gentlemen’s club londoniens comme par exemple le fauteuil club Chesterfield. L’inventivité est au cœur des palettes, des plans architecturaux…

Un nouveau style apparaît…

Les impressionnistes mènent la danse en introduisant de nouveaux styles, avec davantage de lumière dans leurs œuvres. Les artistes s’écartent progressivement du réel pour faire place à l’abstrait, aux formes décomposées et déstructurées.
En Russie, le suprématisme est né. Ce mouvement pictural consiste à donner forme et vie aux couleurs pour exprimer un état d’âme. Il représente les prémices de l’art abstrait.
À cette époque, que ce soit dans l’architecture, la peinture, la musique, le charleston, la sculpture, la tapisserie ou l’art décoratif, on évite de représenter le réel tout en l’exploitant, à l’image des animaux, des courbes végétales pour façonner et ornementer les meubles, la vaisselle, etc. Les fleurs d’Émile Gallé et les fontes industrielles formant des courbes végétales abstraites dans les bouches du métro parisien sont les œuvres les plus représentatives de la Belle Époque. Elles ont été conçues par Hector Guimard.

La Belle Epoque, une incroyable période pour les artistes

La Belle Époque est l’ère la plus artistique qui soit, comme en témoignent les œuvres de Pablo Picasso, d’Auguste Renoir et de Van Gogh.
Pendant cette période, les artistes sont majoritairement polyvalents. Comme Peter Behrens (1868-1940) qui est à la fois artisan d’art décoratif, dessinateur, peintre et architecte. Ou encore Émile Gallé (1846-1904), un étudiant en philosophie, botanique et zoologie, devenu un dessinateur de meubles, artiste en verrerie et céramiste.
Tous les artistes de l’époque étudient dans des écoles d’art encore reconnues de nos jours. Par exemple, l’École des Beaux-arts de Nancy où Émile André (1871-1933) étudie l’architecture, l’École des Beaux-arts de Paris…
D’autres écoles et académies forment des prodiges, comme l’École Nationale d’Artisanat de Brünn (Staatsgewerbeschule) et l’Académie des Beaux-arts de Vienne où étudie Josef Hoffmann (1870-1956), l’Académie des Beaux-arts de Gand et Bruxelles où évolue l’architecte et artisan d’art belge Victor Horta (1861-1947)…

photo : Josef Hoffmann